Recherche: - OU -

Patrouilleuses des glaciers Fiechter Mollaret Roux, record à la clé!

Photo © Keystone ----- ll est un peu plus de 9h15 à Verbier. Pendant que les uns se réveillent, Laetitia Roux, Axelle Mollaret et Jennifer Fiechter esquivent des coureurs dans les rues du village pour rejoindre au plus vite l’arrivée de la Patrouille des Glaciers. Arrêt du chrono: 7 heures, 15 minutes et 35 secondes, soit plus de 12 minutes d’avance sur le record détenu jusqu’à ce jour par la même Laetitia Roux accompagnée de Maude Mathys et Séverine Pont en 2014.

À deux heures du matin, cette patrouille de favorites s’élançait en courant vers les montagnes du Valais depuis Zermatt, chargée de motivation et prête à affronter les 4000 mètres de dénivelé et 61 kilomètres qui les séparaient de Verbier. Un départ qui a été avancé d’une heure pour assurer le bon état d’un parcours qui risquait de devenir dangereux avec la chaleur attendue. Tout le long de l’itinéraire, les coéquipières ont su tourner les conditions techniques en leur faveur, en surmontant avec brillo les murs glacés de Stockli et d’Arolla, ainsi que le skating interminable sur un dévers plus prononcé que d’habitude le long du lac des Dix. Ce n’est pas pour rien qu’elles se trouvent au devant du classement de la coupe du monde ISMF. Alors que Laetitia avait clairement l’ambition du record, ses deux coéquipière rêvaient dans un premier temps de victoire. Malgré tout, le record était bien dans un coin de leurs têtes. La stratégie était cependant plus de se concentrer sur la gestion de leur effort plutôt que se soucier du chronomètre. 

 

Finalement, c’est seulement sur la dernière descente entre la Chaux et les Ruinettes que les filles ont pu realiser que le record était vraiment à leur portée. Coup d’œil à la montre au niveau des Ruinettes avant la dernière partie de skating, 9 heures du matin. Elles ont 20min pour rejoindre l’arrivée et être dans les temps du record. C’est bien plus que ce qu’il ne faut! L’exaltation prend le dessus sur la fatigue dans ces derniers instants de souffrance qui les emmèneront jusqu’à l’arrivée. 

 

 

La bagarre a été longue et intense, mais la satisfaction d’être à Verbier et de pulvériser le record de cette course légendaire est immense. Cette édition restera à tout jamais gravée dans l’esprit de Laetitia, Axelle et Jennifer, comme dans celui de tous ces patrouilleurs qui se lancent le défi de terminer la course de ski-alpinisme la plus longue du monde. La Patrouille des Glaciers, c’est l’épuisement qui se mêle à l’euphorie, à l’apaisement, à la paix intérieure après s’être dépassé physiquement et mentalement pendant tant d’heures. C’est l’excellence suisse mise à l’honneur par l’armée, c’est la haute montagne dans toute sa splendeur et la passion sans mesure des skieurs-alpinistes autochtones. 

 

Suivez-nous :
Newsletter :